Gare de La Mogère : visite guidée d’un chantier illégal

La seconde gare de La Mogère est au cœur des débats. Beaucoup de choses sont écrites sur le sujet noyant le citoyen dans un flot de communication politique sur fond de bénéfices pour les marchands de béton. Pour comprendre véritablement les tenants et les aboutissants de ce grand projet inutile et imposé, Pas de roses sans épines ! vous propose une visite guidée de ce chantier colossal. Un chantier qui a d’ailleurs débuté de façon totalement illégale. Reportage. Lire la suite

Alternatiba Montpellier, aux actes citoyens !

Alternatiba se veut une « dynamique citoyenne de mobilisation sur le changement climatique et de promotion des alternatives concrètes », un vaste programme ! Le mouvement a vu le jour avec la tenue du premier village Alternatiba à Bayonne en 2013, réunissant plus de 12 000 personnes. S’en est suivi un appel à créer « 10, 100, 1000 villages des alternatives en Europe ! ». Ce dernier a trouvé un écho car depuis dix autres villages ont été organisés (Nantes, Bordeaux, etc). Pour se faire connaitre du grand public et faire passer son message, Alternatiba a lancé le Tour Alternatiba. Un parcours de plus de 5000 kilomètres en 187 étapes, traversant 6 pays avec des vélos tandem. Son passage à Montpellier le 19 juin a d’ailleurs été un succès. Le Tour se clôturera à Paris à quelques semaines de la COP21, conférence internationale censée aboutir à « un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique ». C’est dans cette optique qu’Alternatiba veut faire monter la pression citoyenne. Le point culminant de la mobilisation sera le village mondial des alternatives de Paris du 5 au 6 décembre. L’événement sera accompagné par pas moins de 60 festivals des alternatives dans toute l’Europe, entre juin et octobre 2015, dont celui de Montpellier qui se tiendra le 27 septembre au Parc Sophie Desmarets dans le quartier de La Paillade.

Lire la suite

Quand les élus s’affichent, la démocratie s’effrite à Montpellier

Au niveau d’une ville comme Montpellier, rares sont les moyens pour les citoyens de s’exprimer. Il y a bien les élections, dont les municipales ayant lieu tous les 6 ans, mais avec 51% d’abstention, blancs et nuls au premier tour en 2014 et 46.5% au second, ce scrutin ne semble pas passionner les foules. Ce qui explique que Philippe Saurel soit devenu maire avec seulement 20.5% des inscrits. Un record parmi les dix plus grandes villes françaises ! Pour donner leur avis, les citoyens peuvent également opter pour une participation aux conseils de quartiers. Ces derniers sont obligatoires dans une ville de la taille de Montpellier mais demeurent uniquement consultatifs. Autant dire que les décisions restent entre les mains de la mairie, fut-elle élue par 11% des habitants. Lire la suite

Inondations à Montpellier : Lez béton !

Ce dimanche 23 août 2015, Montpellier a connu un nouvel épisode d’inondations suite à des pluies diluviennes. Un bis repetita des intempéries de septembre 2014. Cette année, le bilan n’est pas que matériel, un couple d’octogénaires ayant trouvé la mort piégés dans leur voiture qui a été emportée par les flots. Cette répétition d’événements n’en fait plus un phénomène exceptionnel. D’ailleurs, leur récurrence est à prévoir. Les élus locaux n’ont pas l’air de prendre la mesure des choses préférant le béton aux zones humides. Pourtant, depuis quelques années, les services de l’État ont produit  une profusion de mise en garde. Lire la suite

À Montpellier, les multinationales sont comme un poison dans l’eau !

Les élus de la métropole de  Montpellier sont désormais passés maîtres dans l’art de l’esbroufe. Philippe Saurel, maire-président, tient bon la barre de la collectivité avec ses moussaillons obéissant au doigt et à l’œil. La communication est la feuille de route de Montpellier Méditerranée Métropole (3M) servant l’égo, unique ligne d’horizon de nos dirigeants en mal de fond politique. Le dossier de l’eau est un exemple caractéristique de cette façon de faire soi-disant de « la politique autrement », chère à Saurel. Ainsi, avec la mise en place de la régie publique au 1er janvier 2016, les multinationales n’auraient plus leur place dans la gestion de l’eau. Une habile manœuvre pour noyer les réelles actions politiques. Pas de roses sans épines ! a plongé la tête la première dans le bain de la métropole. Et, une chose est sûre, le citoyen va continuer de boire la tasse. Lire la suite

A Montpellier, le « renouveau » du Peyrou se fait attendre !

En avril dernier, Philippe Saurel, sous sa casquette de maire de Montpellier avait convoqué la presse pour la “présentation des futurs aménagements du jardin du Peyrou”.  Il faut dire que ce monument dominant la ville a bien besoin d’une seconde jeunesse. Mais loin de « retrouver toute sa splendeur », la place royale est victime du manque de projet politique de la municipalité, de son refus d’implication citoyenne réelle ainsi que d’une hypocrisie politicienne qui carbure à la communication. Trois tares qui semblent coller à la peau du maire-président. Lire la suite

Le casting douteux des Fanfarons de l’éducation !

Le projet « Fanfarons » initié par l’association Swing Gum Enfance a rassemblé la semaine dernière à l’Opéra Comédie pas moins de 4000 enfants issus de 160 écoles de Montpellier. Les bambins ont présenté-là un répertoire de chants variés qu’ils ont travaillé pendant toute l’année scolaire. Sauf qu’au dernier moment, un bémol s’est glissé dans les partitions des chanteurs en herbe. Lire la suite

Nos élus subventionnent le privé au détriment du public !

 « C’est la crise ! », rabâchent les élus de tous bord pour justifier les coupes drastiques dans les budgets. L’austérité se généralise effectivement dans l’ensemble des collectivités saccageant toujours plus les services publics. On pourrait alors légitimement penser que les élus dépensent avec parcimonie les deniers publics pour le bien commun. Pas de roses sans épines ! a scruté de plus près les délibérations de la ville et de la métropole de Montpellier ainsi que du Conseil départemental de l’Hérault. Et, surprise, les élus subventionnent allègrement le secteur privé ! Au détriment des emplois publics et des associations. Lire la suite