Élections départementales : les masques tombent !

La vie démocratique de ces dernières années est de plus en plus rude pour l’électorat de gauche. Les élections départementales en sont un exemple de plus. Dans l’Hérault, l’extrême-droite arrive au second tour dans vingt-deux cantons sur vingt-cinq. En ne se battant plus pour des idées, la gauche dans son ensemble a déçu. Et fait du même coup le jeu d’un Front national tapi dans l’ombre de ses ambitions électoralistes. Les appels pour le second tour sont désormais connus. Et, sur fond de préparation des élections régionales, les masques tombent !

Dans l’Hérault, il sera difficile de faire briller les idées de la gauche telle que nous la concevons au second tour des élections départementales. Les électeurs auront le choix, en grande majorité, entre le PS et le FN. « Le président de Conseil Général  sortant pronostique que cette fois-ci : « l’actuelle majorité devrait garder le département. » « , rappelle Gilles Sainati pour qui « le département peut brusquement basculer FN à l’occasion d’une prochaine  élection dans…. 6 ans ». Et de poursuivre : « Pourtant va se mettre en place un chantage connu : Il n’y a pas d’autre alternative que le PS. C’est dire que le fantasme d’un Front Républicain va empêcher durablement  toute autocritique et toute proposition crédible pour l’avenir de cette collectivité, et par delà faire le jeu du FN. »

Et à Montpellier, où le FN est présent dans quatre cantons sur cinq, l’argument est tout trouvé : les opportunistes de tout poils ont une occasion en or de renier leur engagement initial en criant au loup. Le barrage à l’extrême-droite est chose pratique annihilant toute forme de réflexion. Et gare à ceux qui pointeraient du doigt leurs incohérences, ils seraient alors taxés de faire le jeu du FN ! Un homme sort son épingle du jeu : Philippe Saurel dont quatre binômes « majorité municipale » se sont qualifiés à Montpellier. La liste des courtisans du maire s’est, en peu de temps, grandement allongée.

La droite la plus nulle de France

Tout était fait pour que, dans l’Hérault, la droite remporte haut la main cette élection : un Parti socialiste en disgrâce au niveau national et une gauche sans fond politique en local. Elle pouvait alors représenter l’alternative n’ayant jamais été à la tête du département. Et patatras ! Le FN a pris la place alors même que la participation est en hausse par rapport aux cantonales de 2011.

Le moribond Modem estime que « si l’union s’était faite » partout avec l’UMP et l’UDI, la droite aurait été majoritairement présente au second tour. Et d’analyser : « Si on analyse le score de Philippe Saurel dans le nouveau paysage, on constate également une solution identique pour les candidats du PS qui sont éliminés lorsque le PS refuse l’alliance avec Saurel. » (Midi Libre – 24/03/15) Et le Modem de mettre un genou à terre devant le nouveau baron de la métropole de Montpellier : « Désormais, rien ne pourra se faire sans Saurel d’un côté ni le Modem de l’autre ». Pour Anne Brissaud, présidente de Montpellier au centre, récemment exclue de l’UDI : « alors que l’on constate une progression de la droite et du centre partout en France, à Montpellier, on se distingue par un fort recul. » Un temps pressentie pour rejoindre la majorité municipale, la jeune femme ne manque pas de faire une courbette au nouveau maître en appelant « sans ambiguïté à voter pour les candidats Saurel. »

Du côté de l’UMP, c’est la cacophonie. Arnaud Julien, président de la fédération UMP, appelle ses électeurs à « rester chez eux » en cas de duel PS-FN. Le soir du premier tour, sur le plateau de France 3 Languedoc-Roussillon, il a répété la consigne nationale du « ni-ni ». Alex Larue, conseiller municipal UMP à Montpellier, a fait le choix d’appeler « au vote républicain en faveur des candidats Saurel » (Midi Libre – 24/03/15). Et ce malgré le fait qu’il ait reçu « des menaces » pour cet appel. Après ses résultats pitoyables dans un contexte qui lui était pourtant favorable, la droite de l’Hérault peut sans conteste recevoir le titre de « la droite la plus nulle de France » pour paraphraser Guy Mollet et sa « droite la plus bête du monde ».

Le PS et les Verts : coup de barr’age

La débâcle du PS dans l’Hérault n’est pas une surprise. Et Hussein Bourgi, le secrétaire fédéral, n’a pas perdu de temps pour appeler à « tout sauf le FN », (Midi Libre – 24/03/15). Il clame sans ambages à voter UMP, candidats Saurel et, si nécessaire, à se désister pour ne pas que le FN arrive en tête dimanche prochain. L’ancien président PS de Montpellier agglomération, Jean-Pierre Moure, appelle sans détour à voter pour l’UMP sur le canton de Pignan où il était le conseiller général sortant. « Ce vote évitera à notre territoire de courir le risque populiste, dangereux et sans issue véhiculé par les candidats du FN », écrit le candidat malheureux des dernières municipales sans jamais s’intéresser à pourquoi l’extrême-droite est aussi forte sur un territoire jusqu’ici sous hégémonie PS.

Pour Europe Écologie-Les Verts qui avait joué la carte de l’opportunisme au premier tour, la gifle est cinglante. Au second tour, la formation écologiste « souhaite que le département de l’Hérault reste à gauche, et pour ce, nous appelons à soutenir les candidats de gauche dans les cantons où ils sont en duel avec la droite, ou en triangulaire avec la droite et le FN. » EELV Montpellier, qui n’a pas su mobiliser l’électorat de José Bové des élections européennes, « appelle au second tour à battre la droite et le Front National, et à voter pour conserver le Conseil départemental de l’Hérault à gauche. » Ils oublient juste d’écrire s’ils mettent les adjoints cumulards de Saurel « à gauche » de l’échiquier politique.

IMG_5521

PCF : fin des haricocos !

À Montpellier, les communistes en sont au point d’envoyer un communiqué de presse sur un vulgaire document Word sans logo. Un texte insipide où « la section du PCF de Montpellier appelle donc à voter contre les candidats de la droite et de l’extrême droite. » Se raccrochant à une vision rabougrie du sursaut citoyen, le PCF écrit : « la construction d’une politique et d’une majorité alternative, citoyenne et populaire est plus que jamais à l’ordre du jour, car il y a urgence ». Ils terminent leur propos par : « Les communistes sont décidés à y consacrer tous leurs efforts. » Personne ne doute que la déferlante de cette fougue communiste sur la ville va décoiffer plus d’un citoyen.Rappelons au passage que Claude Avenante, expéditeur du communiqué, était en 2011 candidat aux départementales face à Philippe Saurel. Et, au second tour, il a appelé à voter pour celui qui est devenu depuis maire de Montpellier (Midi Libre – 23/03/11) . L’histoire se répète et les protagonistes sont les mêmes.

PG : à la botte de Saurel

Le Parti de gauche de l’Hérault est bien le parti dont la stratégie s’obscurcit à mesure que les élections passent. Alors qu’au niveau national, le parti qui réclame haut et fort une 6ème République et un contrôle renforcé de l’action des élus, « a décidé de ne pas donner de consignes de vote », dans le 34 il en va tout autrement. D’abord, Muriel Ressiguier qui s’est retrouvée complètement perdue dimanche dernier sur le plateau de France 3 Languedoc-Roussillon. Ne lâchant pas des yeux ses notes, son seul argument à chaud était : « Il y a eu deux mandats où René Revol est passé. J’apprends que Joël Vezinhet [Parti de gauche] est estimé à 23 % sur Grabels. Qu’est-ce que c’est, ça ? C’est la gauche par l’exemple. Ça veut dire que quand les gens nous mettent aux responsabilités et nous donnent les moyens de prouver qu’on n’est pas comme les autres et qu’on travaille pour l’intérêt général, ça marche. Voilà », rappelle Montpellier journal.

Ressiguier lisait une prose certainement rédigée par le Politburo du PG 34 tenu par Joël Vezinhet, proche de René Revol. Effectivement, les scores du FN et de l’UMP arrivés en tête dans la bourgade de Grabels interpellent. Et les électeurs comprennent ainsi mieux pourquoi Revol n’a jamais utilisé de logo Parti de gauche-Front de gauche dans sa campagne pour la mairie du village. Pour le second tour, le duo du canton II de Montpellier Ressiguier-Dubourg appelle « à faire barrage à la droite sur le canton 2 le 29 mars ». En clair : voter pour le candidat PS, contrairement à la consigne nationale.

Midi Libre - 26 mars 2015

Midi Libre – 26 mars 2015

L’attitude la plus déplorable vient tout droit du proche ami de Jean-Luc Mélenchon. Ainsi, après avoir décroché une juteuse place de vice-président à la métropole de Montpellier, papi Revol n’a cessé de faire de la résistance au programme de son propre parti en votant, entre autres, pour les délégations de service public de l’assainissement, du funéraire, du traitement des déchets. Revol passe allègrement le rubicon sans jamais être inquiété par le PG.

Sur le premier canton de Montpellier qui intègre son village, Revol fait une conférence de presse entouré des candidats de Saurel et reprend même les arguments de son chef à la métropole : voter pour ce binôme « pour que Montpellier et sa métropole pèsent sur le Département ».  De son côté, Philippe Saurel appelle à voter pour « des candidats de gauche et de droite. » Qu’en dit le PG national de cette alliance avec un tel personnage mangeant à gauche et à droite ? Un militant du Front de gauche glisse : « René Revol a la même attitude que Michel Passet (PCF) avait avec le PS. » Comprendre : il se met à genoux devant le puissant pour un poste en vue. Ils sont loin les idéaux de la révolution citoyenne.

 

Un FN en tête du second tour facilite les positions d’opportunistes qui n’ont ainsi pas à justifier leurs nouvelles alliances. C’est pourtant de leurs actions politiques ambiguës que l’extrême-droite se nourrit en premier. Pour ce qui est de la gauche du PS, Raoul Marc-Jennar, jusqu’ici membre du PG dont il avait récemment intégré le secrétariat national, écrit : « Cet échec a une explication : ces partis à la gauche du P$ sont autant coupés du peuple que les partis dits de gouvernement. Ils font partie du système autant que ces derniers. » Jennar analyse une malhonnêteté intellectuelle qu’il a côtoyé de prêt : « Ils suscitent l’espoir (le NPA, le PG, et d’autres comme les Verts), et ils créent, par leurs pratiques, la déception. Or, pour la vie démocratique, rien n’est pire que l’espoir déçu. En décevant, les uns après les autres, les partis à la gauche du P$ ont autant contribué au succès de l’abstention et du FN que l’UMP ou le P$. » Ces sachants qui veulent éclairer le bon peuple – car pour eux, le peuple ne réfléchit pas par lui-même – auront bon jeu de nous faire la morale en poussant des cris d’orfraies dimanche soir. Ils sont les premiers responsables de la montée du FN. Dans six mois va commencer la campagne pour les élections régionales. Et qui trouverons-nous autour de Philippe Saurel ? Sans aucun doute celles etc eux qui ont déjà entamé leur danse du ventre. Ces élections départementales auront eu un mérite : les masques sont tombés !

3 réflexions sur “Élections départementales : les masques tombent !

  1. Je partage beaucoup de cette analyse qui comme toujours m’arrache aussi des sourires désolés ; cependant, je ne discerne pas vraiment ce que vous souhaiteriez voir se dégager comme perspective politique… je trouve qu’il y a dans le montpellierain et plus largement dans l’Herault des binômes Front de Gauche qui ont pris leurs responsabilités politiques dignement dans le respect de la construction (qui va visiblement prendre un temps bien plus long qu’espéré au départ…) d’un véritable gauche en rupture avec le social libéralisme, mais vous n’en parlez pas … c’est dommage.
    Une pointe d’humour pour étoffer votre enquête sur le le petit père du peuple PG que pensez vous du Soutien du Maire de Grabels au Maire de Jacou (cumulard saurelien et PS) qui, avec des tremolos dans la plume exhorte les électeurs d’un canton qui n’est pas le sien, au nom du Parti de Gauche, à voter pour lui (oubliant par la même une fois de plus dans cette campagne que désormais c’est un binôme paritaire que nous élisons)?
    Que ceux qui soutiennent le Binôme Nurit/Calvat prient pour qu’il ne leur arrive pas la même chose qu’au binôme Front de Gauche sur Grabels qui récoltent 570 voix sur les 4966 inscrits dont 2601 votants ….il y a des soutiens dont parfois il vaudrait mieux se passer !!!!!

    J'aime

    • Merci pour votre commentaire. Effectivement, nous nous cantonnons à Montpellier, ville où nous vivons et que nous connaissons le mieux. C’est aussi par manque de temps que nous n’élargissons pas à l’Hérault dans son ensemble. Quant à ce que nous souhaiterions comme perspective politique, nous n’avons pas de solution clé en main. Nous déconstruisons un état lamentable des forces en présence et des actions politiques. A aucun moment nous ne revendiquons avoir une quelconque vérité et ce que nous écrivons est bien sûr soumis à débat. Nicolas

      J'aime

  2. J’ai beau chercher, relire, je ne vous comprend pas. D’accord, lutter contre le FN n’est pas qu’une orientation à mettre en avant durant les élections. Pour lutter contre le FN, il faut une orientation politique nous amenant à nous affronter à la commission européenne, luttant contre le mur de l’argent, instaurant une reforme radicale de la fiscalité et embauchant 5000 contrôleurs fiscaux dédiés à la lutte contre la fraude fiscale. On peut y ajouter une orientation radicalement démocratique, se terminant par un changement de constitution : et vive la 6° république primo-ministérielle. Bon j’arrête on peut en parler très longtemps. Cette orientation est indispensable pour réduire le FN et permettre aux citoyens de voir leur situation sociale s’améliorer. Cette orientation est différente de celle qui agite le danger FN comme un hochet. Mais le danger FN existe aussi, il faut bien le prendre en compte et les élections sont un moment révélateur. Se contenter d’ironiser ne conduit nulle part.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s