Nos élus subventionnent le privé au détriment du public !

 « C’est la crise ! », rabâchent les élus de tous bord pour justifier les coupes drastiques dans les budgets. L’austérité se généralise effectivement dans l’ensemble des collectivités saccageant toujours plus les services publics. On pourrait alors légitimement penser que les élus dépensent avec parcimonie les deniers publics pour le bien commun. Pas de roses sans épines ! a scruté de plus près les délibérations de la ville et de la métropole de Montpellier ainsi que du Conseil départemental de l’Hérault. Et, surprise, les élus subventionnent allègrement le secteur privé ! Au détriment des emplois publics et des associations.

Le Conseil départemental de l’Hérault perd 17,4 millions d’euros dans son budget 2015 en raison de la baisse des dotations de l’État. Du côté de Montpellier, Philippe Saurel, maire et président de Montpellier métropole, est un adepte du « faire plus avec moins ». À voir comment il va se débrouiller pour la métropole avec « 4,5M€ qui ont manqué en caisse en 2014, près de 15M€ pour 2015 et la chute promet d’être encore plus douloureuse jusqu’en 2017 conformément aux annonces du gouvernement de faire de sérieuses économies sur le dos des collectivités locales, près de 50 milliards d’euros d’ici 2017, à l’échelle nationale », (Midi Libre – 06/02/15). À noter que pour les communes de la collectivité qui est passée d’agglomération à métropole, les trente-et-une communes devront verser 55 millions à la métropole dans le cadre du transfert de compétences. La cure d’austérité est donc sévère pour les différentes collectivités. Mais ces dernières sont bien décidées à ne pas laisser tomber le secteur privé en le rémunérant grassement au détriment des associations qui voient leurs budgets fondre !

Associations au régime sec

La ville de Montpellier a décidé unilatéralement de baisser de 10% les subventions accordées aux associations. Nicolas Noguier, fondateur de l’association Le Refuge, a décidé de monter au créneau et propose de créer un collectif pour résister à la diète imposée par le maire de Montpellier. Il a ainsi lancé le mouvement sur les réseaux par un tweet Tweet-Noguierappelant « les associations de Montpellier méprisées… » à rejoindre le mouvement qui prend corps sur Facebook. Ce qui lui vaudra la réponse suivante de Samira Salomon, conseillère municipale déléguée au logement, véritable chien de garde de la Saurélie : « on vous méprise en vous donnant une subvention ? Si c’est le cas rendez-là ! » Rappelée à l’ordre par son maire-manager ou comprenant qu’elle venait de commettre une bourde, elle ne tardera pas à rentrer à la niche en s’excusant platement. Espérons qu’elle mette autant de hargne dans sa délégation sachant qu’il y a plus 20 000 demandes de logements sociaux en attente à Montpellier.

Si les subventions baissent, le plus inquiétant est le mépris des élus de la mairie dont le premier d’entre eux refuse de rencontrer les acteurs associatifs. « Le souci est également que nous n’avons pas de contact avec ces services, ce qui nous parait davantage inquiétant encore », écrit un « président d’une très grosse association sur Montpellier qui gère plusieurs services et dispositifs ». La « politique autrement » de Saurel baigne donc dans le dédain le plus complet pour les acteurs de la ville qui œuvrent pour de vraies missions de service public. Philippe Saurel reste bien plus généreux et avenant avec les acteurs du secteur privé.

1,8 millions d’euros pour 13 écoles privées

Si Saurel veut « faire plus avec moins », pour les écoles privées, il fait autant malgré les coupes budgétaires qu’il fait sans ciller pour les associations. Le 30 mars dernier en conseil municipal, il fait voter une délibération portant sur les « Ecoles privées sous contrat d’association : participation financière de la Ville pour l’année 2014-2015 ». Ainsi, « la dotation 2015, identique à celle de 2014 » est de 515€ par enfant en maternelle et en élémentaire. Au total, il y a 3 566 enfants domiciliés à Montpellier (1 348 en maternelle et 2 218 en élémentaire). « Le montant global de la dotation 2015, compte tenu des effectifs, s’élève donc à : 694 220 Euros pour les enfants scolarisés en maternelle ; 1 142 270 Euros en élémentaire », apprend-on à la lecture de la délibération. Soit un total de 1 836 490 ! Près de 2 millions d’euros pour seulement 13 écoles concernées, l’enseignement privé doit afficher un beau taux de rentabilité aux frais du contribuable. Pendant ce temps-là, les écoles publiques de la ville, qui se serrent la ceinture et manquent cruellement de locaux, rongent leur frein.

1,5 millions d’euros pour 100 emplois

Philippe Saurel ne s’arrête pas là et continue de dilapider l’argent public pour le privé à la métropole. Ainsi, Computacenter, une entreprise d’ingénierie informatique a choisi Montpellier pour s’installer. « Computacenter, ce sont dix villes en concurrence. Montpellier a été retenue », explique Chantal Marion, vice-présidente chargée de l’économie (Midi Libre – 04/05/15). Car désormais les territoires sont en concurrence et les entreprises vont là où l’argent public coule le plus à flots. Une logique qui se renforce avec la dernière réforme territoriale où Montpellier se bat déjà contre Toulouse pour tenter de garder certains services d’État. La métropole de Montpellier met donc 250 000€ dans la corbeille pour accueillir Computacenter. Une entreprise qui reçoit en plus 250 000€ de la région Languedoc-Roussillon et 900 000€ de l’État explique Midi Libre. Compuacenter, ce sera « 100 emplois créés dans la Métropole. Ils sont soutenus à la hauteur de ce qu’ils méritent », se défend Chantal Marion. Ses administrés se feront leur propre avis sur un tel choix économique : 1,5 millions d’euros d’argent public pour 100 emplois.

Cash aérien : plus d’1 million d’euro pour le low-cost

L’autre gros dossier du moment à la métropole est le financement de la surprenante Association de promotion des flux touristiques et économiques (APFTE) qui n’est autre que le faux nez des compagnies aériennes low-cost. Ainsi, Ryan Air « bénéficie de 65 à 70% du budget de l’association (…) au travers des contrats marketing », (Midi Libre – 11/05/15). Pour le coup, les collectivités ne financent pas des emplois mais du vent publicitaire qui fait voler les low-cost. Du côté de la métropole, la subvention de 550 000€ est suspendue (mairie et métropole représentent un total de 748 500€). IMG_5472_1024Philippe Saurel est quelque peu gêné aux entournures sur ce dossier suite à l’interpellation d’Anticor 34. Et il se débat comme il peut en conseil de métropole du 31 mars dernier : « si je n’ai pas de demande expresse de ne pas verser la subvention, je verserai la subvention. Parce que je ne veux pas être le prétexte pour que les autres collectivités se désengagent et disent : ‘C’est à cause de la métropole qu’on ne verse pas la subvention.’ », rapporte Montpellier journal qui a enquêté sur le sujet. Effectivement, mairie, métropole, département et région avaient pris l’habitude de financer l’association des low-cost pour plus d’un million d’euros par an.

Si nos élus sont si prévenants à l’égard du secteur privé, c’est qu’ils gèrent leurs propres indemnités comme une vraie petite entreprise, cumul des mandats aidants. Ainsi, Montpellier journal rappelle qu’un conseiller municipal touche 1 330,51 €, un conseiller de métropole émarge à 1 225,02 € et un vice-président de métropole 2 599,41 €. À l’unanimité, les candidat-e-s fraîchement élu-e-s au Conseil départemental ont voté sans lésiner une augmentation de 8,33% de leurs indemnités ce qui amène la rémunération mensuelle d’un conseiller départemental à 2 718,03 €. « Les augmentations votées par tous les conseillers départementaux de l’Hérault représentent plus de 130 000 € par an pour le budget du conseil départemental », a calculé Montpellier journal. Et le département reste lui aussi généreux avec le privé.

Mise à jour 31/05/15 : les élus de la métropole de Montpellier ont voté la subvention de 550 000€ à l’Association pour la promotion des flux touristiques en conseil de métropole le 28 mai 2015.

4 millions d’euros pour les collèges privés

Le département a comme compétence la gestion des collèges sur son territoire. S’il met le paquet légitimement sur les collèges publics, les élus n’oublient pas les collèges privés. Ainsi, le 9 février dernier sous l’ancienne mandature présidée par André Vezinhet, les élus votent une dotation de fonctionnement pour les collèges privés de 4 171 500€ ! (délibération n°AD/09021S/B/13) Une autre subvention de 160 000 € est même attribuée aux « collèges hors département » sans plus d’explication. Et le département subventionne aussi les emplois privés.

341 000 euros pour l’emploi agricole

La délibération n°AD/090215/F/5 du 9 février 2015 est consacrée aux aides aux secteurs viticole et agricole. Effectivement, « l’agriculture reste un des secteurs majeurs de l’économie héraultaise, présente sur plus de 35% du IMG_5521_1024territoire avec près de 10.000 entreprises, dont 4.500 exploitations professionnelles, un poids économique supérieur
à 714 mlllions d’euros (valeur de production), avec 17.400 actifs agricoles, dont 2.600 salariés permanents, soit 11.000 emplois à temps plein. » L’agriculture est aussi connue pour ses bas salaires et ses conditions de travail précaires et médiocres. Les élus ne s’attardent pas sur ces basses considérations et votent un « soutien à l’emploi agricole » de 341 000€ pour les groupements professionnels. C’est un petit plus qui s’ajoute aux nombreuses subventions au secteur notamment dans le cadre d’événements et d’aides aux filières. Est-ce une si bonne idée d’aider les patrons quand les salariés triment dans les exploitations ?

2,6 millions d’euros pour le bâtiment

Le département, la région et la métropole décident aussi de subventionner un autre secteur où les conditions de travail restent précaires : le secteur du bâtiment. Ainsi, en 2013 a débuté la création d’un « campus de I’Artisanat sur l’écoquartier de Pierrevives » avec « le projet de réimplantation du siège de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Hérault aujourd’hui en construction avec l’aide du Département » (délibération n°AD/090215/A/29). De son côté, la Confédération de I’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) sollicite les élus pour la création de leur plateforme à destination de leurs adhérents : « CAP Artisanat ».

Cette plateforme professionnelle se donne quatre axes d’action : informer et former les entreprises sur les enjeux du « bâtiment de demain » ; « développer l’employabilité et les compétences » ; « accompagner techniquement les créateurs et les repreneurs d’entreprises artisanales du bâtiment » et « accompagner les chefs d’entreprise dans le pilotage et le développement de leur structure. » Pour mener à bien ces missions privées, la CAPEB tend la sébile aux collectivités publiques en réclamant 600 000 € au Département, 1 million d’euro à la Région et 1 million à Montpellier métropole.

Les élus du département s’exécutent et attribue 420 000€ de subventions directes et « une réduction de la charge foncière de 180 000 €. Cette contribution se fera par la diminution du prix de vente du terrain support de l’opération, initialement fixée à 320 € au m2, pour le ramener à 220€ le m2, soit, sur la base d’une surface hors œuvre nette de 1800 m2, un coût du foncier de 396 000 € à la charge de la CAPEB Hérault. » Une bonne opération immobilière qui a de quoi laisser songeurs les futurs petits propriétaires qui galèrent à trouver du foncier abordable.

 

Dans un contexte contraint où les dotations de l’État diminuent, la question des subventions au secteur privé doit, au minimum, interroger. Surtout que ces aides ne sont jamais assorties de clauses sociales et environnementales. Les élus qui demandent aux citoyens de se serrer toujours plus la ceinture alors que la conjoncture est dégradée doivent-ils continuer à aider le privé dans de si larges proportions ? La lutte s’organise du côté des associations qui se sentent toujours plus étranglées. Parions maintenant que cela devienne un thème qui prendra corps dans les débats, notamment dans les conseils de quartier où les citoyens sont censés avoir une parole libre pour débattre des enjeux de la Cité.

 

Crédit photo de Une : Montpellier méditerranée métropole (3M)

3 réflexions sur “Nos élus subventionnent le privé au détriment du public !

  1. La loi oblige les collectivités locales à financer le salaire des enseignants ainsi que le fonctionnement des établissements privées sous contrats (97% de ceux ci, contrat signé après que le recteur est reconnu un besoin dans le secteur géographique ou ce situe l’établissement), et ce dans la même proportion que les établissements publics. Les élus locaux n’ont que très peu de marge de manœuvre là dedans : si ils peuvent subventionner un certain nombre d’investissements de la part des établissements privées, la subvention ne doit pas dépasser 10% du coût total de l’investissement. On peut contester ça, mais pas attaquer les élus locaux alors qu’ils n’ont rien à voir là dedans. sources : http://www.education.gouv.fr/cid251/les-etablissements-d-enseignement-prive.html

    J'aime

    • Rectifications : les salaires des enseignants sont payés par l’Etat. Et c’est 10% du budget annuel de l’Etablissement. Plus les fautes d’ortographes : « privés », « que le recteur ait »… Dsl heure tardive et précipitation face aux aneries.

      J'aime

  2. SUBVENTIONS SUITES HÉRAULT aux entreprises: A quand des routes départementales avec déviations et démontages de certains ronds points inutiles couteux dans l’Hérault! Maureillan Puisserguier, St Chinian St PONS Courniou.. Ca suffit la vie des villages est menacée par des pollutions de camions de voitures inutiles dans tout les villages ci dessus, aucun commerçants ni villageois ne profite des camions pollueurs ou flots de voitures. Soyons porteur de projets utiles à tous.
    Arrêtons de faire croire que les poids lourds ou voiture en transit améliorent la vie des gens dans les villages! Trop de temps perdu depuis 30 ans des bus a la place des trains des services publics a la casses…par des gestions trop libérales. Il est temps de reprendre les projets rapidement…Nous reviendrons quelques semaines avant les élections pour voir les avancées..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s