Alternatiba Montpellier, aux actes citoyens !

Alternatiba se veut une « dynamique citoyenne de mobilisation sur le changement climatique et de promotion des alternatives concrètes », un vaste programme ! Le mouvement a vu le jour avec la tenue du premier village Alternatiba à Bayonne en 2013, réunissant plus de 12 000 personnes. S’en est suivi un appel à créer « 10, 100, 1000 villages des alternatives en Europe ! ». Ce dernier a trouvé un écho car depuis dix autres villages ont été organisés (Nantes, Bordeaux, etc). Pour se faire connaitre du grand public et faire passer son message, Alternatiba a lancé le Tour Alternatiba. Un parcours de plus de 5000 kilomètres en 187 étapes, traversant 6 pays avec des vélos tandem. Son passage à Montpellier le 19 juin a d’ailleurs été un succès. Le Tour se clôturera à Paris à quelques semaines de la COP21, conférence internationale censée aboutir à « un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique ». C’est dans cette optique qu’Alternatiba veut faire monter la pression citoyenne. Le point culminant de la mobilisation sera le village mondial des alternatives de Paris du 5 au 6 décembre. L’événement sera accompagné par pas moins de 60 festivals des alternatives dans toute l’Europe, entre juin et octobre 2015, dont celui de Montpellier qui se tiendra le 27 septembre au Parc Sophie Desmarets dans le quartier de La Paillade.

Lire la suite

Élections régionales : les pauvres citoyens !

Chaque liste pour les élections régionales en Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon est actuellement en négociation interne avec ses partenaires pour répartir les candidats. La lutte des places prend le pas sur le fond politique, lequel n’est pour l’instant pas véritablement mis en avant par les têtes de liste. À moins de trois mois du premier tour, la campagne promet d’être une bagarre de communication évacuant les vrais enjeux du territoire fusionné. Pourtant, la pauvreté et ses conséquences font partie des thèmes primordiaux dans la conjoncture actuelle. Pas de roses sans épines ! décortique la vie sociale de la nouvelle région. Lire la suite

Quand les élus s’affichent, la démocratie s’effrite à Montpellier

Au niveau d’une ville comme Montpellier, rares sont les moyens pour les citoyens de s’exprimer. Il y a bien les élections, dont les municipales ayant lieu tous les 6 ans, mais avec 51% d’abstention, blancs et nuls au premier tour en 2014 et 46.5% au second, ce scrutin ne semble pas passionner les foules. Ce qui explique que Philippe Saurel soit devenu maire avec seulement 20.5% des inscrits. Un record parmi les dix plus grandes villes françaises ! Pour donner leur avis, les citoyens peuvent également opter pour une participation aux conseils de quartiers. Ces derniers sont obligatoires dans une ville de la taille de Montpellier mais demeurent uniquement consultatifs. Autant dire que les décisions restent entre les mains de la mairie, fut-elle élue par 11% des habitants. Lire la suite

Élections régionales : la fabrique des citoyens !

Les 6 et 13 décembre prochains, nous serons appelés aux urnes pour élire le Conseil régional de la nouvelle région fusionnée Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon. La campagne va véritablement prendre son envol courant septembre. Cette dernière élection avant les présidentielles de 2017 sonne un peu comme une répétition générale des forces en présence. Avec le désaveu des organisations politiques, lesdites forces sont quelques peu bousculées et peinent à ramener les électeurs vers eux. Les partis politiques ont mis à profit la période estivale pour élaborer leurs stratégies. Et on dénote un regain d’intérêt pour « les citoyens » qui seraient accueillis à bras ouverts sur les listes. À y regarder de plus près, les partis se sont recyclés en parfaite fabrique de citoyens ! Lire la suite

Inondations à Montpellier : Lez béton !

Ce dimanche 23 août 2015, Montpellier a connu un nouvel épisode d’inondations suite à des pluies diluviennes. Un bis repetita des intempéries de septembre 2014. Cette année, le bilan n’est pas que matériel, un couple d’octogénaires ayant trouvé la mort piégés dans leur voiture qui a été emportée par les flots. Cette répétition d’événements n’en fait plus un phénomène exceptionnel. D’ailleurs, leur récurrence est à prévoir. Les élus locaux n’ont pas l’air de prendre la mesure des choses préférant le béton aux zones humides. Pourtant, depuis quelques années, les services de l’État ont produit  une profusion de mise en garde. Lire la suite

À Montpellier, les multinationales sont comme un poison dans l’eau !

Les élus de la métropole de  Montpellier sont désormais passés maîtres dans l’art de l’esbroufe. Philippe Saurel, maire-président, tient bon la barre de la collectivité avec ses moussaillons obéissant au doigt et à l’œil. La communication est la feuille de route de Montpellier Méditerranée Métropole (3M) servant l’égo, unique ligne d’horizon de nos dirigeants en mal de fond politique. Le dossier de l’eau est un exemple caractéristique de cette façon de faire soi-disant de « la politique autrement », chère à Saurel. Ainsi, avec la mise en place de la régie publique au 1er janvier 2016, les multinationales n’auraient plus leur place dans la gestion de l’eau. Une habile manœuvre pour noyer les réelles actions politiques. Pas de roses sans épines ! a plongé la tête la première dans le bain de la métropole. Et, une chose est sûre, le citoyen va continuer de boire la tasse. Lire la suite

A Montpellier, le « renouveau » du Peyrou se fait attendre !

En avril dernier, Philippe Saurel, sous sa casquette de maire de Montpellier avait convoqué la presse pour la “présentation des futurs aménagements du jardin du Peyrou”.  Il faut dire que ce monument dominant la ville a bien besoin d’une seconde jeunesse. Mais loin de « retrouver toute sa splendeur », la place royale est victime du manque de projet politique de la municipalité, de son refus d’implication citoyenne réelle ainsi que d’une hypocrisie politicienne qui carbure à la communication. Trois tares qui semblent coller à la peau du maire-président. Lire la suite

A Lunel, un tour de table très solidaire !

Lunel est une ville héraultaise de plus de 25 000 habitants. Située en bordure du Gard, la cité des Pescalunes (pêcheurs de Lune en occitan), a récemment fait parler d’elle. Et pour cause, depuis 2013 une vingtaine de lunellois, dont plusieurs ont trouvé la mort, sont partis rejoindre les forces djihadistes en Syrie. Du Monde au New York Times ce sinistre coup de projecteur n’a pas forcément été bénéfique à la « djihad city ». « On sait dire du mal des gens et on ne sait pas trouver le bien. Peut-être est-on trop esclave des médias » écrivait justement Pas de roses sans épines ! dans un précédent article en citant le résistant et pédagogue Jacques Ladsous. Loin de se voiler la face il s’agit là de montrer un autre Lunel, sans doute moins vendeur mais portant en lui une réponse aux nombreux maux qui rongent la ville. Après le buzz médiatique et derrière les gesticulations politiques, des citoyens sont bien partis pour décrocher la Lune ! Lire la suite