Baisse du prix de l’eau : Montpellier noyée sous la propagande !

À partir du 1er janvier 2016, du changement s’opère dans le domaine de l’eau sur toute la métropole de Montpellier. Suite aux votes des élus, une régie publique de la distribution de l’eau va débuter dans 13 communes de la métropole et ainsi occasionner une baisse minime de son prix. Côté assainissement en revanche, le changement n’est pas à l’ordre du jour et la multinationale Veolia conserve une bonne partie du butin. Contrats douteux, communication mensongère et impostures électorales, enfilez palmes et tuba, nous voici plongés de le marigot politique local, souvent imbuvable ! Lire la suite

À Montpellier, les multinationales sont comme un poison dans l’eau !

Les élus de la métropole de  Montpellier sont désormais passés maîtres dans l’art de l’esbroufe. Philippe Saurel, maire-président, tient bon la barre de la collectivité avec ses moussaillons obéissant au doigt et à l’œil. La communication est la feuille de route de Montpellier Méditerranée Métropole (3M) servant l’égo, unique ligne d’horizon de nos dirigeants en mal de fond politique. Le dossier de l’eau est un exemple caractéristique de cette façon de faire soi-disant de « la politique autrement », chère à Saurel. Ainsi, avec la mise en place de la régie publique au 1er janvier 2016, les multinationales n’auraient plus leur place dans la gestion de l’eau. Une habile manœuvre pour noyer les réelles actions politiques. Pas de roses sans épines ! a plongé la tête la première dans le bain de la métropole. Et, une chose est sûre, le citoyen va continuer de boire la tasse. Lire la suite

Traité transatlantique : penser mondial, détruire local !

Le Grand marché transatlantique (GMT), aussi appelé TAFTA ou TTIP, est un traité de libre échange entre les Etats-Unis et l’Union Européenne. Planifié depuis longtemps, ce projet de marché commun prévu pour 2016 se concrétise un peu plus chaque jour. Soutenu en Europe par la droite libérale et les sociaux démocrates, ce futur traité ne vise qu’une seule chose : instaurer le libre-échange de chaque côté de l’océan Atlantique. Les deux entités représentent la coquette somme de 820 millions d’habitants et près de la moitié du PIB mondial, des chiffres qui font saliver les multinationales. Dans un contexte plus local, Pas de roses sans épines ! vous propose de voir ce que le TAFTA va changer concrètement dans nos vies et notre environnement. Lire la suite

René Revol, l’apparatchik

Pas de roses sans épines ! poursuit son herbier politique en épinglant les élus de la métropole de Montpellier. Ainsi, il est toujours intéressant de faire l’historique des parcours politiques au regard des actions d’aujourd’hui pour comprendre ces personnages qui nous gouvernent. Après s’être intéressé à Philippe Saurel maire divers droite se révèlant être un vrai baron de province, nous nous intéressons à l’un de ses fidèles vice-présidents : René Revol. Lire la suite

Eau : le cocktail explosif qui coule dans nos robinets !

Philippe Saurel, président de Montpellier métropole, affublé de son nouveau chien de garde faisant office de caution de gauche René Revol, maire de Grabels et vice-président en charge de la régie publique de l’eau, se gargarise de mettre en place un vrai service public de l’eau sur le territoire de la métropole. Une annonce à relativiser quant aux actes. Les groupes privés sont encore bien présents dans la gestion de notre eau. Et d’ailleurs, en nous abreuvant de belles paroles, quelle eau publique nous font boire les deux compères ? Lire la suite

La Mogère : gare aux imposteurs !

Avec les élections départementales, le débat autour de la construction d’une seconde gare à Montpellier a été ranimé. La secrétaire nationale d’Europe écologie les verts (EELV), Emmanuelle Cosse, le maire de Grabels et membre du bureau national du Parti de gauche (PG), René Revol, le député européen, José Bové, le député du Gard, Christophe Cavard, l’ancien conseiller général de l’Hérault, Christian Dupraz : tous ont dit leur refus de voir sortir de terre la Gare Sud de France, aussi dite gare de la Mogère. Durant cette campagne l’intégralité des binômes d’EELV et du Front de Gauche ont axé leurs programmes autour de cette problématique. Pas de roses sans épines profite donc de ce coup de projecteur pour faire le point politique, citoyen et médiatique sur le sujet. Lire la suite

Élections départementales : les masques tombent !

La vie démocratique de ces dernières années est de plus en plus rude pour l’électorat de gauche. Les élections départementales en sont un exemple de plus. Dans l’Hérault, l’extrême-droite arrive au second tour dans vingt-deux cantons sur vingt-cinq. En ne se battant plus pour des idées, la gauche dans son ensemble a déçu. Et fait du même coup le jeu d’un Front national tapi dans l’ombre de ses ambitions électoralistes. Les appels pour le second tour sont désormais connus. Et, sur fond de préparation des élections régionales, les masques tombent ! Lire la suite

Élections départementales : des candidats sans budget ni compétences !

La campagne des élections départementales prend son envol dans l’Hérault à l’abri des citoyens. Difficile d’y voir clair à quinze jours du premier tour dans le contexte d’une réforme territoriale totalement inaudible pour qui ne plonge pas dans les textes officiels. Les médias en font le minimum syndical relayant la propagande insipide de candidat-e-s qui semblent, pour le coup, totalement à côté de la plaque. Ils piochent ici ou là des thèmes dans le vent démontrant qu’ils ne connaissent pas la collectivité au sein de laquelle ils prétendent représenter leurs concitoyen-ne-s. Pourtant, avec un simple ordinateur, une connexion Internet et un peu de jugeote, ils pourraient offrir une campagne digne des enjeux du département.

Lire la suite